Nouvel article
Non, non, je n’ai pas oublié de mettre un titre. Il s’agit bien d’un nouvel article qui s’appelle "nouvel article".

J’ai bellement résisté, à vrai dire, à la création d’un blog où épancher quotidiennement ou non les détails de ma vie, perso ou pro, qu’importe. Ayé, je cède. Pourquoi donc ?

L’occasion m’est donnée par l’inscription à un concours, qui demandait "blog obligatoire". Qu’importe, j’ai mis l’adresse de mon site, il fera office de blog, puisque j’y ajoute constamment des choses, au fur et à mesure que je les crée. Quelle différence, si ce n’est un ordre chronologique ? Aucune technique, faites-moi confiance.
Mais du coup, me voilà à réfléchir sur cet ordre chronologique, et sur le sens réel d’un blog. Et tout d’un coup, ce matin, la révélation : bon sang mais c’est bien sûr, ce n’est pas tant la datation d’une série de dessins ou d’articles, ou le fait de pouvoir suivre une évolution linéaire, mais véritablement de prendre contact, papoter "à un seul sens", des choses qui prennent de l’importance. Finalement donc, c’est faire ressortir les pics de priorités, comme un paysage montagneux qui change constamment, dans les ères géologiques, et en livrer des tranches.

Et l’exercice n’est pas facile. Et il n’est pas évident du tout que d’en parler publiquement, ça puisse avoir un intérêt ?

Hier, j’ai reçu un livre, d’un ami dont j’avais perdu le contact depuis quelques temps. Je ne m’y attendais absolument pas, je pensais recevoir le câble de secteur de mon ordi, que j’ai commandé récemment par internet. Quand j’ai vu ce que c’était, j’ai écrasé une larme, parce que c’était un bout d’une autre vie, d’autres pics, d’autres montagnes, qui sont restés en paysage malgré tout en moi, même si j’ai cru pouvoir les oublier. Comme quoi, un livre d’architecture peut contenir bien plus que ce qui y est imprimé.
C’est peut-être ça, finalement, qui m’a décidé à me lancer dans ce blog. J’ai regardé en arrière, et devant un peu aussi, je me suis assise un moment au bord de la route, et c’est ça aussi, un blog. S’offrir le luxe de temps en temps de s’assoir au bord de la route.

Les pics d’aujourd’hui ne sont pas si différents de ceux d’autrefois. Simplement, on bouge dans un paysage, et c’est une autre facette des mêmes reliefs dont on est fait qui se montre.

En tout cas, blogons donc, mais au rythme des choses à dire. Cette chronique ne sera donc pas quotidienne.